top of page

3 MENSONGES QUI CONDUISENT AU MAL-ÊTRE




Bienvenue! Aujourd'hui, je souhaite partager avec vous trois mensonges que je me suis répétées pendant des années et qui ont clairement contribué à mon mal-être. Si vous êtes curieux, continuez à lire pour découvrir ces révélations et, peut-être, vous reconnaîtrez-vous dans certaines d'entre elles.

Avant de plonger dans le vif du sujet, un petit rappel : si vous me suivez depuis un certain temps, vous savez que j'offre une initiation gratuite à la décoration thérapeutique pendant encore quelques jours. Vous avez jusqu'au 22 Juin pour visionner le replay. Si vous souhaitez en apprendre plus, cliquez ici


Quels sont ces 3 mensonges?


1. Cocher des cases pour se sentir bien chez soi

Je suis passionnée par le bien-être des intérieurs, c'est pourquoi j'en ai fait mon métier. Lorsque j'ai découvert le feng shui, une méthode ancestrale chinoise, j'étais fascinée. Mais cette fascination est rapidement devenue oppressante à cause de l'énorme checklist qui l'accompagnait.

Cocher des cases comme "créer la perfection dans son agencement" ou encore "pas de miroir face au lit"... me stressait énormément. Ce n'est pas la checklist en elle-même qui est oppressante, mais la manière dont je l'utilisai.

J'ai donc appris que mon bien-être ne dépend pas de cases à cocher. Mais que pour me sentir bien chez moi, il faut revenir à l'essentiel : comment est-ce que je me sens dans mon intérieur ? Ou comment je souhaite m'y sentir ? Les besoins et les émotions doivent primer sur une simple liste de tâches.


2. Vouloir changer les autres pour se sentir bien

Ce mensonge a été difficile à admettre, mais il est temps de le dire ouvertement. Pendant longtemps, j'ai cru que je devais changer les autres pour me sentir en sécurité et aimée. Bouh, pas bien!

Mais en toute franchise, ça ne vous ait jamais arrivé de tomber dans ce piège?

Nous n'avons aucun pouvoir sur les actions des autres, mais ça ne nous empêche pas de lancer des reproches sur les chaussettes qui trainent ou le manque d'implication dans la maison. Et si en fin de compte, cela créait un effet miroir sur la charge mentale et physique que nous nous imposons. J'ai compris que perdre mon energie à changer l'autre ne m'aidait pas. Mais revenir au pouvoir de mes choix et de mes pensées sur tel ou tel problématique pouvait tout changer.

C'est en prenant soin de mon âme et en revenant à qui je suis vraiment que j'ai compris que je n'avais pas besoin de changer l'autre pour être heureuse. Créer un environnement neutre c'est possible, dans lequel chacun peut prendre ses responsabilités, qu'elles soient engagées ou non. Et je sais à quel point c'est dûre d'affronter le non.

Par contre, ma responsabilité est de me poser la question: est- ce que cette attitude est acceptable pour moi, durable dans le temps ou non négociable pour mon confort. Et surtout pourquoi? Est-ce que cela m'amène à un besoin plus profond, et peut-être au piège de "j'ai besoin de changer l'autre pour me sentir bien".

Lorsque ces questions sont verbalisées et identifiées, notre intérieur ouvre la porte à plus de respect, d'écoute et d'acceptation. Parfois, les choses ne sont pas parfaites ou comme je le voudrai. Mais aujourd'hui, j'ai pris la décision que c'était ok?

En fin de compte, ne plus vouloir changer les autres pour être bien m'a aidé à me reconnecter à mon être profond. Celui qui est peut-être en souffrance et qui a besoin de se reconstruire avant de vivre avec l'autre. Et notre habitat peut tellement aider à cette reconnexion. Un espace dédié à soi est idéale pour se ressourcer. 3 minutes suffisent à revenir à sa respiration, ou simplement faire le silence en soi.


3. Devoir être à la hauteur

Ce dernier mensonge est celui que je travaille encore : l'idée de devoir être à la hauteur pour être accepté, que ce soit dans le travail, les amitiés ou même chez soi. C'est un mensonge énorme. Nous n'avons pas besoin de correspondre aux attentes des autres pour être aimés ou avoir du succès. Forcément que cela fait écho à des blessures du passé.

Mais cela ne signifie pas pour autant qu'on est défini par ce dernier.

Et là encore, la connexion à soi et à son être profond à tout changé.

J'ai donc arrêté de vouloir transformer ma maison en une belle et magnifique vitrine. Créer un environnement qui me ressemble et qui me permet de me sentir bien, c'est déjà pas mal.

Plus besoin d'essayer de ressembler aux magazines ou aux voisins "perfect". La question me revient toujours et encore: Est-ce que je me sens bien chez moi?


Mes conclusions?

Ces trois mensonges ont clairement empoisonné ma vie pendant longtemps. En prenant conscience de ces fausses croyances et en décidant de transformer autrement mon intérieur, j'ai appris à vivre avec mes émotions et à accepter les autres tels qu'ils sont.

Je serais ravie de lire vos expériences et les mensonges que vous vous répétez, peut-être en ce moment et qui vous ont conduit au mal-être. Une lueur d'espoir aussi pour celles qui veulent s'en sortir et qui ne savent pas comment.

Partagez-les dans les commentaires ci-dessous pour que nous puissions tous nous soutenir mutuellement. N'oubliez pas de vous abonner à mon blog si ce n'est pas déjà fait pour soutenir mon travail. Prenez soin de vous et à très vite pour une nouvelle aventure bien-être !


Si vous souhaitez regarder l'intégralité de cet article en vidéo, clique ici.

8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page